bois.com

Choisir, valoriser et mettre en œuvre le bois
dans la construction publique et privée

Club OUI AU BOIS

Rejoignez le réseau des décideurs qui ont fait le choix du bois

26/10/2017 : LE BOIS, LE MATÉRIAU DU RÉSIDENTIEL ET DU TERTIAIRE

LE BOIS POUR LE RESIDENTIEL : UNE REPONSE MULTI-ENJEUX

9000 logements en immeubles résidentiels auront été réalisés en bois en 2016, ce qui représente une part de marché de 4 %, contre 2,6 % en 2014. Les tendances vont dans le même sens pour les réalisations tertiaires… Et  le mouvement va continuer à s’amplifier.

Certaines raisons qui poussent à construire en bois sont connues : des délais souvent plus réduits, des chantiers à faibles nuisances, bien adaptés  à des zones très peuplées, des techniques qui permettent de contourner d’éventuelles difficultés d’accès…Ces atouts se traduisent enfin par une économie globale du projet, comparativement  à des solutions plus traditionnelles.

Mais ce ne sont pas les seules. Les enjeux environnementaux font partie des critères qui prennent de l’importance, dans un monde qui a intégré la nécessité du développement durable et de l’économie énergétique. Le bois, matériau indéfiniment renouvelable, est prêt à assumer un développement probablement sans précédent.

 

PERFORMANCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CONSTRUCTION BOIS

Les décennies à venir devraient voir une forte évolution des constructions en bois, car  c’est à peu près le seul matériau de structure indéfiniment renouvelable. A l’horizon 2050, l’adaptation de la filière forêt doit permettre de réaliser 50% des constructions à base de bois, tout en assurant un renouvellement équilibré des massifs forestiers. Une forêt mature permet un stockage important de carbone,  et l’utilisation massive du bois dans les constructions, participe pleinement à la lutte contre les gaz  à effet de serre.

Ces évolutions fortes et rapides vont s’accompagner d’un changement d’échelle au niveau des industries de la première et de la deuxième transformation. Pour réduire la part des énergies grises dans la fabrication des différents composants en bois, et particulièrement les énergies grises liées aux transports,  les professionnels travaillent à augmenter significativement la part des bois français et des bois régionaux, et ce pour tous les types de projets. 

 

LE BOIS, UN MATERIAU ISOLANT 


La construction bois prend le plus souvent la forme de l’ossature bois, parfois du bois massif. Le premier atout de l’ossature bois se niche dans son principe même, à savoir remplir d’isolant toute l’épaisseur du mur ou presque. Cela se traduit par des niveaux d’isolation très élevés, pour des épaisseurs de murs ne dépassant pas 25 à 30 centimètres, en fonction des régions et des conditions climatiques. Les constructions en bois massif surfent sur un autre registre, l’isolation naturelle du bois, qui permet à la structure bois de se suffire à elle-même dans de nombreux cas de figure.

Le confort d’été n’est pas en reste. De nombreux isolants, dont les laines de bois,  apportent de l’inertie, la combinaison du bois et de la terre apporte aussi des résultats intéressants, y compris au niveau acoustique.

 

LE BOIS ET L'ACOUSTIQUE


Dans une logique de résidentiel, l’acoustique est bien sûr un enjeu à ne pas négliger. Ici aussi, le bois sait tirer son épingle du jeu grâce à ses qualités acoustiques naturelles. Comme pour d’autres matériaux, la performance en termes d’isolement acoustique dépend de l’épaisseur. Il est par contre possible d’obtenir des résultats intéressants en absorption, avec certaines essences et pour des épaisseurs limitées.

Les contraintes acoustiques se situent principalement au niveau des murs et des planchers. L’expérience acquise dans le développement des immeubles d’habitation et de bureaux en bois, a poussé les concepteurs à imaginer des solutions simples, basées sur la masse, l’épaisseur et/ou l’isolant. Les murs doubles entre appartements, les solivages doubles en sol, l’usage du béton pour les refends et le contreventement, la pose de chapes flottantes désolidarisées du support…font partie des nombreux moyens permettant de répondre sans difficulté aux différentes réglementations acoustiques, en habitat comme en tertiaire.

 

DE BELLES PERSPECTIVES A VENIR VIA LA TRANSVERSALITE DES METIERS

C’est toute une filière qui se transforme. La transversalité doit être accrue entre  les architectes, les charpentiers, les scieurs…et l’utilisateur final. A ce jour, la filière bois génère 440 000 emplois directs, comparable aux emplois liés à l’automobile,  un chiffre appelé à se développer fortement dans les années à venir.

La tendance actuelle dépasse de loin la seule structure : les bardages en bois sont  à nouveau sur le devant de la scène, les laines de bois s’installent durablement dans le paysage des  isolants, les parquets massifs et les terrasses en bois redeviennent « tendance ». Même les menuiseries en bois, durement concurrencées par d’autres matériaux, reviennent en force avec des arguments de matériau naturel, renouvelable, vivant, chaleureux. 

Cette transversalité, cette interaction entre les différents métiers commence à se prolonger au niveau des aménagements intérieurs et des meubles. De l’avis de nombreux concepteurs,  le bois et ses dérivés doivent aussi pouvoir se décliner dans les intérieurs et plus généralement dans les applications du second-œuvre.


suggérer un décideur